Les fondements de l’approche du Rebond

Des pistes en développement

Les fondements de l’approche du Rebond

Le Rebond est une ressource alternative de type PAR, POUR et AVEC.

Prioriser le soutien par les pairs.

    • Le Rebond est géré PAR ses membres. Ces derniers sont responsables de l’animation des activités. Ils composent également au les nombreuses équipes mises en place pour assurer le bon fonctionnement de l’organisme.
    • Le Rebond réalise des activités POUR ses membres. Toutes les activités offertes résultent de consultations menées auprès de ces derniers.

Ainsi, le Rebond constitue un groupe d’entraide où des personnes qui ont partagé l’expérience de la détresse psychologique ont l’occasion d’actualiser leur potentiel. Par l’exercice du témoignage et le partage d’activités communes, les membres prennent conscience de la signification de leurs histoires. Ils rehaussent leur estime de soi en se découvrant un potentiel d’aidants mutuels et des capacités sociales. Le groupe d’entraide permet aussi de rompre l’isolement social et constitue souvent une expérience positive qui instaure la confiance nécessaire à un investissement social plus étendu.

La Commission de la santé mentale du Canada reconnait le bien-fondé d’une telle approche en affirmant que « d’après les résultats obtenus par les usagers/ex-usagers concernant leur rétablissement, il n’est pas surprenant de voir de plus en plus de preuves de l’efficacité des initiatives menées par les pairs et, en particulier, du soutien par les pairs, notamment : la réduction des hospitalisations; la réduction des symptômes de détresse; l’amélioration du soutien social et l’amélioration de la qualité de vie. »  CYR, Céline et all. Le soutien par les pairs : une nécessité. Commission de la santé mentale du Canada. Ottawa, juillet 2016, page 111.
[En ligne] 

Rechercher des pratiques collaboratives

    • Le Rebond réalise des activités en collaboration AVEC son personnel et les différents acteurs de la communauté. Il travaille dans un esprit de complémentarité : d’une part, le réseau institutionnel et les autres organismes réfèrent des personnes dont les besoins sont comblés par les activités du Rebond; d’autre part, avec sa structure d’accueil et d’accompagnement, le Rebond réfère des personnes au réseau institutionnel et aux autres organismes communautaires.

L’organisme cherche à établir des partenariats efficaces avec les autres ressources de la communauté. Il souscrit ainsi au troisième principe directeur du Plan d’action en santé mentale 2015-2020 puisque « ces pratiques collaboratives impliquent la mise en place d’objectifs communs, d’un processus décisionnel bien défini et équitable ainsi que d’une communication ouverte et régulière ».   MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX. Faire ensemble et autrement. Plan d’action en santé mentale 2015-2020, 2015, page 10.  [En ligne] 

Développer des initiatives orientées vers le rétablissement

Les initiatives mises en place au Rebond respectent les quatre éléments qui caractérisent le processus de rétablissement, à savoir.

    • «Trouver et garder espoir – croire en soi; avoir le sentiment personnel de pouvoir agir; voir l’avenir avec optimisme.
    • Retrouver une identité positive – trouver une nouvelle identité qui intègre la maladie tout en conservant une image centrale de soi positive.
    • Bâtir une vie pleine de sens – comprendre la maladie; trouver un sens à sa vie, en dépit de la maladie; mordre dans la vie.
    • Se prendre en main et être maître de sa vie – avoir le sentiment d’être en contrôle de sa maladie et sa vie ».   SHEPHERD, Geoff et al.  Faire du rétablissement une réalité – édition québécoise. Sainsbury Centre for Mental Health, London. Traduction en 2012 du document Making Recovery a Reality, Institut universitaire de santé mentale Douglas, Page 2  [En ligne] 

En conformité avec le premier principe directeur du PASM 2015-20, l’organisme a la conviction que chacun de ses membre «peut agir sur :

    • La reprise de pouvoir sur sa vie.
    • La détermination de ses besoins et de ses forces.
    • Le développement de ses habiletés.
    • Sa responsabilisation.
    • L’utilisation des ressources disponibles qu’il juge pertinentes pour répondre à ses besoins ».  MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX. Ibid, page 9

Respecter la primauté la personne

Le Rebond fait également sienne l’une des valeurs du PASM 2015-20, soit celle de la primauté de la personne. À ce chapitre, l’organisme «tient compte du point de vue et des capacités de ses membres, tout en favorisant leur participation, … la prise en compte de l’ensemble de leurs besoins, leur situation biopsychosociale ainsi que la promotion, le respect et la protection de leurs droits ».  MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX. Faire ensemble et autrement. Plan d’action en santé mentale 2015-2020, 2015, page 10.  [En ligne] 

Des pistes en développement

Chorale, soirée micro ouvert, recueil de poésie, etc…

Miser sur le développement du potentiel des personnes

Le territoire desservi par le Rebond est caractérisé par des indices élevés de défavorisation sociale et matérielle. Or, dans l’un de ses mémoires, le Regroupement des ressources alternatives en santé mentale du Québec soutient que « l’expérience de la pauvreté et de l’exclusion sociale rend les personnes plus à risque de souffrir de problèmes de santé mentale. Parmi les facteurs de risque aggravant l’apparition des troubles de santé mentale, on retrouve le stress, le manque de soutien de la part du réseau social et l’absence de pouvoir, ou encore, l’infériorisation intériorisée . Nous pourrions alors illustrer comme suit, ces facteurs de risque : 

Parce que les personnes défavorisées ont accès à une quantité réduite de ressources pour affronter les demandes de la vie quotidienne, ils vivent un niveau de stress plus élevé, accéléré par un plus grand nombre d’événements pénibles.

Plusieurs études montrent qu’en milieu défavorisé, les réseaux sociaux sont plus réduits et la proportion de personnes seules, sans relation significative, est plus élevée. Ainsi, les possibilités de recevoir un appui face à une situation difficile sont plus minces.

Parce qu’ils sont dans une situation dans laquelle ils ont peu ou pas de pouvoir, les personnes pauvres développent des difficultés à composer avec le stress, ils en souffrent davantage et se sentent davantage impuissants. La réappropriation du pouvoir par les personnes en situation de marginalisation ou d’exclusion est un processus primordial pour combattre la vulnérabilité sociale ». REGROUPEMENT DES RESSOURCES ALTERNATIVES EN SANTÉ MENTALE DU QUÉBEC  Agir sur la pauvreté et l’exclusion, agir sur la santé mentale.2016, page 4.[En ligne]

La première orientation de la loi québécoise visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale préconise de «prévenir ces deux phénomènes en favorisant le développement du potentiel des personnes»*. Pour y parvenir, le Rebond mise sur «l’implication sociale» de ses membres selon la portée que lui accordent les travaux du Comité de la santé mentale du Québec. En effet, l’implication sociale constitue la première des quatre phases du parcours d’employabilité proposé par le Comité afin de favoriser l’intégration sociale et économique des personnes touchées par des problèmes de santé mentale. *  ÉDITEUR OFFICIEL DU QUÉBEC. Loi visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale, Mise à jour du 12 juillet 2018, page 4.  [En ligne]

Par conséquent, « l’implication sociale déploie des activités qui permettent aux personnes de se sentir utiles et valorisées…. Ces activités doivent s’inscrire dans le cadre de projets basés sur l’aide ou l’entraide, dans une perspective communautaire.  Elles visent l’amélioration de la qualité de vie de la personne au sein de sa communauté ou de la qualité de vie de la communauté elle-même. Ces pratiques de participation sociale et citoyenne sont offertes dans le respect des désirs, des motivations et des capacités de chaque personne et surtout dans la prise en compte de son pouvoir d’agir ». COMITÉ DE LA SANTÉ MENTALE DU QUÉBEC. Le Parcours pour favoriser l’intégration sociale et économique : pour un meilleur accès au travail. Gouvernement du Québec, Québec Canada.2005. Page 19  [En ligne]